Journée du patrimoine 2016

Les journées du patrimoine sont l’occasion de visiter des lieux ou des collections inhabituelles.

Le Capitaine de l’association des Bâtards a décidé de vous faire découvrir aujourd’hui une abbaye située dans le Tarn et Garonne, l’Abbaye de Belleperche.
Anciennement abbaye cistercienne, vendue après la confiscation des domaines du clergé français au titre des Biens nationaux à un particulier, elle tombe en ruine avant d’être rachetée par le Conseil Général du Tarn et Garonne en 1983.
Bien des restaurations plus tard l’Abbaye réouvre les portes au public sous la forme d’un Musée des arts de la table en exposition permanente. Tous les six mois une nouvelle exposition temporaire y prend place.

A l’été 2016 se tenait l’exposition intitulée ” Reflets de cuivre … et clair de lune“, collection de faïence dites de “Jersey” que les marins rapportaient des îles anglo-normandes mais qui étaient fabriquées industriellement en Angleterre, en Écosse et au pays de Galles.
Technique qui a eu beaucoup de succès dans les années 1800- 1930 en Angleterre, produite en masse pour le peuple, il existe néanmoins des pièces d’exception.
Pourquoi parler de ces faïences sur un site de médiéval vous demandez-vous sans doute? Cette technique ne date en rien du XIXième siècle mais bien des IXième et Xième siècle. Elle a été inventée par les potiers perses et égyptiens avant de devenir la célèbre céramique hispano-mauresque de Valencia et Barcelone au Moyen Age.
Depuis longtemps tout ce qui brille a attiré le regard des clients!

Ce type de faïence n’a pas survécu à la modernité. Tombée dans l’oubli l’exposition permet de rendre gloire au Jersey et pour le plus grand plaisir de nos yeux nous pouvons voir la diversités des couleurs, des formes, des dessins. Patrimoine riche qui met en avant le talent des artisans du XIXième siècle.

 

Petite visite en images de l’exposition:

 

Pourquoi tant de pichets?

En visitant les différentes salles on se rend compte que les pichets sont présents en très grand nombre.
Petite explication du musée:

“Les pichets et généralement tous les pots à anse et bec verseur sont conçus pour le stockage court, l’usage en cuisine et le service de table des liquides alimentaires, dont les principaux sont l’eau, le vin, la bière et le lait, à une époque où les denrées étaient vendues à la mesure ou au poids, en baril et en grande bouteille qui n’allaient pas sur la table et qu’il était rarement possible de conserver chez soi. Les produits de consommation courante n’étaient pas préemballés dans des contenants standardisés comme ils le sont auourd’hui.

Ces pichets ont donc été les pièces les plus produites par toutes les fabriques parce que les plus demandées par les consommateurs. C’est pour cela qu’il existe une grande diversité de formes et de capacités, certains modèles communs étant fabriqués en séries de cinq pièces de tailles décroissantes, qui permettaient à la ménagère de mesurer rapidement une quantité de liquide en utilisant le pichet adéquat”

 

Et ailleurs en Europe?