Biguglia, une médiévale inoubliable

De suite après Leuc les Bâtards d’Occitanie ont pris la route vers Nice.

Là, au port, nous attendait notre moyen de transport pour rejoindre l’île de beauté, autrement dit la Corse. Cette année nous avons eu la chance de pouvoir nous y rendre grâce au concours de Luc Chastan qui a proposé notre association à l’organisateur. Le NGV nous a permis de rejoindre les côtes de Bastia en moins de 5h. Et voyager avec Dragon a fait passer le temps encore plus vite. Jouer au 421 ou au poker à bord nous a assuré de bons moments entre amis.

Toute la compagnie est arrivée avec 3 jours d’avance, comme convenu avec l’organisateur. Ainsi, tous ceux qui ne connaissaient pas cette île (presque tout le monde) ont pu jouer les touristes.

Biguglia étant situé non loin de Bastia les Bâtards ont pu découvrir un peu le nord de la Corse. En moto ou en voiture tous se sont régalés entre plage, montagne, coucher de soleil sur la Méditerranée, petit village perché, plage de galets verts, route sinueuse …. il y en a eu pour tous les goûts sur les 3 jours. Sans oublier le passage rituel chez Gino, glacier, pour y manger un soir!

Pour vous mettre un peu dans l’ambiance de nos journées découvertes!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 


 

Le vendredi matin nous avons investi le lieu où se déroulerait la médiévale: l’hippodrome de Biguglia. De suite dans l’ambiance nous avons monté notre camp avec une certaine rapidité pour une fois. L’attrait de la plage non loin n’était pas étrangère à ce phénomène ^^. Au final nous avons été quelque peu déçus puisque l’eau de la plage de Bastia était sale et trop agitée pour nager tranquillement.

Plan vigipirate oblige nous avons reçu la visite de la gendarmerie qui contrôlé toutes les tentes de l’hippodrome. Une fois leur devoir accompli certains gendarmes sont restés avec nous et on assisté au tournoi organisé par les Bâtards. En effet, en 2016, l’organisateur nous avait demandé de nous charger de cette animation. Une fois le tour des campements effectué à la recherche des valeureux combattants près à s’affronter nous avons installé notre lice faite de cordage et de feuilles de palmier (pour rester très local).
12 combattants se sont affrontés entre le samedi et le dimanche. Le grand gagnant à été Trancrède, de la compagnie locale corse (non, il n’y a pas eu de favoritisme … simplement meilleur combattant pour cette année).

La fête de 2016 avait pour thème la chasse.
Chaque année l’organisateur le renouvelle. Pour cette occasion nous avons donc monté une animation historique (avec les moyens contemporains): la chasse au lapins! Basé sur le Livre de Chasse de Gaston Phoebus nous avons reproduit pour les enfants un terrier de lapin, le furet et le panneau. Au XIVieme siècle la chasse au lapin se passait ainsi: les chasseurs bouchaient les entrées du terrier à l’exception d’une. Ils introduisait dans cette dernière un furet. Les lapins ayant une peur féroce de cet animal se précipitait dehors où l’attendaient les chasseurs avec un filet un un drap. Ils se disaient donc que le lapin “tombait dans le panneau”! Voilà l’origine de cette expression.
L’autre animation proposée était la chasse aux sangliers avec les épieux, façon Seigneur et façon paysan. Nous expliquions à ce moment là les règles de la chasse, les enjeux, le rôle des chiens…
Notre lapin en peluche, Moutarde, est devenu à cette occasion la mascotte de notre compagnie.

Le dimanche soir, avec l’aide de la troupe viking invitée, nous avons monté un petit scénario incluant une grande bataille à la fin. Tous les combattants des différentes compagnies étaient partagés en deux clans: les voleurs d’enfants et les sauveurs des enfants. Comme vous vous en doutez les voleurs se composaient de vikings!

Ce fut l’occasion d’une groupe et belle bataille improvisée. Le public était là en grand nombre et à fortement apprécié. Mission achevée!

 


Photos de notre week-end

Ce diaporama nécessite JavaScript.